Confrontés en tant que facilitateurs et coachs aux besoins d’un management plus collaboratif et aux freins empêchant le développement de la créativité en entreprise, nous nous sommes rendu compte que dans bien des cas les managers font face à des situations paradoxales difficiles à arbitrer : 

  • la pression pour être innovant… MAIS efficace et rapide 
  • le besoin de prendre du recul… MAIS ne pas avoir le temps pour gérer son quotidien
  • le nécessité de travailler en équipe MAIS chacun a ses priorités
  • la volonté que les équipes deviennent autonomes MAIS avoir envie de suivre leurs actions
  • l’envie de laisser faire les autres pour avoir des idées MAIS cela n’avance pas assez vite ou les solutions ne sont pas innovantes
  • le désir de faire confiance pour les idées MAIS ne plus rien contrôler les initiatives et avoir peur d’un échec.
  • Le souhait de créer une ambiance plus ludique et détendue MAIS rester efficace et performant dans le travail pour avoir des résultats concrets.
  • la demande des équipes de comprendre le sens et les objectifs du projet MAIS ne pas être soi-même au clair sur les enjeux avec sa direction.

C’est en travaillant sur ces paradoxes et en cherchant à mieux les appréhender que le modèle des 4 boussoles a pris corps :

Proposer un Cadre Ouvert : nous avons tous besoin d’un cadre clair, rassurant et suffisamment ouvert pour se sentir libre et en confiance afin d’agir et oser.
“Pour me sentir libre, j’ai besoin d’un cadre”

Fédérer un collectif individualisé : nous avons tous besoin d’être reconnu dans sa singularité et pour son rôle pour s’impliquer et faire agrandir le collectif.
“Pour adhérer au collectif, j’ai besoin d’avoir ma place ”

Prendre le temps d’être performant : nous avons tous besoin de conditions propices et de temps pour gagner en performance durable.
“Pour aller plus vite, j’ai besoin d’avoir du temps”

Partager un rêve réaliste : nous avons tous besoin de partager le sens, d’être aligné avec nos valeurs et que cela se concrétise dans des actions pour adhérer au projet.
“Pour me projeter dans le futur, j’ai besoin que le présent avance”